Comment faire des boutures de rosiers correctement

Comment réaliser une bouture de rosier ?

Adaptée pour multiplier un plant de rosier, la technique du bouturage peut être réalisée avec plus ou moins de facilité. Le niveau de difficulté varie généralement suivant le type et l’espèce jardinière de rosiers choisis. Diverses techniques sont utilisées pour bouturer ce bel arbuste à fleurs. Toutefois, la plus efficace reste le bouturage semi-herbacé. Point complet sur comment faire des boutures de rosiers en quatre étapes !

Choix de la tige de rosier à bouturer

Pour savoir comment faire des boutures de rosiers et les réussir, il n’est pas indispensable d’être un as du jardinage.

La première étape du bouturage de rosiers consiste à choisir une tige adaptée au niveau d’un rosier. De préférence, il est recommandé de couper quatre à cinq jeunes tiges afin de réaliser plusieurs boutures. Cela permet d’augmenter le taux de réussite d’une telle opération, car certaines boutures peuvent ne pas pousser une fois qu’elles sont mises en terre.

Les spécialistes conseillent de privilégier une tige qui vient de perdre ses inflorescences. Le choix peut aussi porter sur un jeune rameau disposant d’un bouton de fleur. Par ailleurs, la portion de plant choisie doit avoir une longueur comprise entre 18 et 20 centimètres. L’utilisation d’un sécateur ou d’un canif bien tranchant est nécessaire pour faire la coupe.

Sur le rosier, le prélèvement doit se faire sur des tiges assez vigoureuses, d’une épaisseur de 0,5 cm environ, portant chacune trois ou quatre feuilles. Il est aussi indiqué de faire une section juste au-dessus d’une feuille. L’autre détail à connaître ici est que le sectionnement doit se faire en biais.

Préparation de la bouture

Au terme du prélèvement des boutures, l’étape suivante consiste à effectuer l’habillage de celles-ci. Avant de commencer, il est à savoir que la coupe des rameaux à bouturer est à faire tôt le matin. En effet, à ce moment de la journée, les tiges des rosiers sont encore humides et sont donc peu exposées au dessèchement.

Article qui pourrait vous plaire :  Se débarrasser des mouches du cerisier traitement du sol au sulfate de fer

La préparation des boutures commence par un enlèvement des feuilles qui se trouvent au niveau inférieur. Il est utile toutefois de garder une feuille en haut de chaque jeune rameau. Celle-ci doit de préférence avoir deux, trois ou quatre folioles. Cela évite une déshydratation trop rapide de la bouture.

Les épines présentes sur cette dernière sont également à enlever, en particulier celles qui se trouvent en bas. Cela permet de créer des ouvertures d’où peuvent éventuellement sortir des racines lorsque la bouture ira en terre. L’opération est à répéter pour les quatre ou cinq portions de branche prélevées sur le rosier.

En attendant de porter les tiges au jardin pour les planter, l’idéal est de les placer dans un bocal plein d’eau. Cette précaution permet de les garder bien humides. Il faut aussi remarquer que ceci est indispensable pour que la sève s’écoule par le bas. Le contenant est à placer à l’ombre sur une table, en plein air.

La plupart des variétés de rosiers étant plus ou moins résistantes, il est possible de conserver les parties des branches sectionnées sur plusieurs jours. La démarche consiste alors à les mettre dans le bac d’un réfrigérateur. Il est recommandé de les envelopper auparavant dans du papier.

Choix d’un emplacement adapté pour mettre les boutures en terre

Deux types d’emplacements conviennent généralement pour mettre des tiges à bouturer en terre. Il est possible de les placer par exemple dans un pot. Ce contenant doit avoir des caractéristiques précises. Il est opportun qu’il présente une largeur de 30 centimètres au moins et une profondeur de 15 à 20 centimètres.

Si le lieu de mise en terre est situé dans un parterre ou un jardin, il est indispensable que l’endroit reçoive beaucoup de lumière naturelle. Toutefois, dans les deux cas, il faut que les plants de rosiers disposent d’un bon ombrage. À aucun moment de la journée, ils ne doivent être exposés directement aux rayons solaires.

Article qui pourrait vous plaire :  Quelles fleurs d’ombre vivaces à longue floraison planter chez vous ?

Le pot est à remplir d’un mélange constitué de terreau ou de sable ainsi que des gravillons. En particulier, il doit s’agir d’un substrat qui est drainant. Ce type de sable peut être trouvé dans une boutique spécialisée en jardinerie. En revanche, si l’emplacement choisi est un parterre, un travail d’ameublement de la terre est requis. Un labour est donc à faire sur une profondeur de 15 centimètres.

La mise en terre des boutures de rosier

L’espace de culture étant prêt, la mise en terre des jeunes rameaux peut être faite. Une ultime tâche s’impose. Il est indiqué d’utiliser des hormones de bouturage afin de faciliter l’émergence des racines une fois les tiges plantées. Il suffit d’enduire la partie sectionnée de chaque bouture avec l’hormone choisie, puis de secouer pour faire tomber le surplus. Il est à noter que ce type de produit est disponible en magasin sous forme de poudre.

C’est à présent le moment de réaliser les trous dans le substrat de culture. Ils sont à creuser à l’aide d’un bout de bois et doivent être profonds d’une dizaine de centimètres. Une fois les tiges enfoncées, le sable doit être bien tassé à la base pour maintenir le rameau droit.

Un arrosage suffisant est à faire par la suite afin d’humidifier convenablement le substrat. Il est à répéter 3-4 fois par jour. Pour finir, il est à savoir que le bouturage réalisé dans une région tempérée a plus de chance de réussir durant la saison estivale.